Le BioGNV/GNV, une alternative aux hydrocarbures  - Communauté de Communes Haut Val de Sèvre

Afin de proposer une alternative aux hydrocarbures, la Communauté de Communes, en partenariat avec GRDF (Gaz Réseau Distribution France), mène une étude afin de mesurer le potentiel en développement du BioGNV/GNV (Gaz Naturel Véhicule).

Engagée dans la mise en œuvre de son Plan Climat Air Énergie Territorial, la Communauté de Communes Haut Val de Sèvre a sollicité GRDF afin de mettre en place des solutions répondant à ses objectifs de transition écologique et énergétique. Ce partenariat s’est traduit par la signature d’une convention pour le développement d'une mobilité durable au BioGNV/GNV en Haut Val de Sèvre.

 

Une convention qui s’articule en 4 phases :

  1. Un état des lieux du potentiel territorial ;
  2. Une évaluation de l’intérêt et de la connaissance des acteurs sur la solution GNV/BioGNV ;
  3. Une identification et une évaluation du potentiel GNV sur la Communauté de Communes ;
  4. Un bilan de l’étude.

 

Pourquoi ce projet ? 

Ce projet permettra de connaître le potentiel de développement du BioGNV/GNV sur le Haut Val de Sèvre. Une étude, pilotée par la Communauté de Communes permettra, si le potentiel est confirmé, d’étudier la mise en place d’une station d’approvisionnement des véhicules en BioGNV/GNV.

Cet engagement est la preuve de la volonté de la collectivité et de GRDF de mettre en place des solutions de mobilité concrètes et immédiatement efficaces, répondant aux enjeux de la qualité de l’air.

Pour la Communauté de Communes, il s’agit d’un véritable projet de transition, à l’échelle du territoire. Ainsi, en plus de permettre le développement d’une mobilité alternative, la collectivité souhaiterait également encourager la production locale de BioGNV grâce à la mise en place de la méthanisation.

 BioGNV.jpg     1200px-Logo_GNV.jpg

  

Où en est-on actuellement ?

L’étude d’opportunité menée par la Communauté de Communes, de décembre 2019 à mars 2020 a permis d’évaluer l’intérêt des entreprises du territoire pour le BioGNV.

Le résultat de cette étude montre un engouement particulier au développement d’une station BioGNV sur le territoire intercommunal et notamment sur la commune de La Crèche.

En effet, sur les 40 entreprises interrogées dans le secteur, 10 ont exprimé leur intérêt à court terme, soit dans les trois prochaines années. Cela représenterait une consommation potentielle de 1 300 tonnes de BioGNV par an au bout de la troisième année, soit 377 tonnes par an de BioGNV au bout d’une année de production.

A noter que la rentabilité d’une station BioGNV est de 500 tonnes par an.

Par la même occasion, la collectivité est actuellement en cours de réflexion sur la possibilité de développer une unité de méthanisation, permettant à terme de produire du biogaz et d'alimenter la station BioGNV.

Ce site web utilise des cookies afin d'établir des statistiques de fréquentation.  Pour plus d'information, nous vous invitons à consulter notre politique de confidentialité.
En poursuivant votre navigation, vous déclarez avoir lu et accepté nos mentions légales.