Les caractéristiques de l'habitat - Communauté de Communes Haut Val de Sèvre

Le Haut Val de Sèvre est un territoire varié et contrasté dans le domaine de l'habitat comme dans de nombreuses autres domaines.

 Les caractéristiques du logement en quelques chiffres 

(source : INSEE 2013)

  • Plus de 12 200 logements accueillant des habitants,
  • Essentiellement des maisons (96 %) de 4 pièces et plus,
  • 75 % des ménages, propriétaires de leur logement,
  • Peu de résidences secondaires : seulement 3 %,
  • Des logements vacants en nombre important (1200 logements soit 9 % de l'ensemble des logements) mais surtout localisés à Saint-Maixent-l'Ecole, Pamproux et la Crèche (65 % des logements vacants de tout le Haut Val de Sèvre). Ailleurs, le taux de logements vacants est parfois très faible (ex à Sainte-Néomaye), ce qui montre la pression du marché immobilier.

Les tendances : un territoire avec des dynamiques variées

Evolution logementsLes secteurs sous influence de l'agglomération niortaise (sud ouest du Haut Val de Sèvre) et de Saint-Maixent-l'Ecole se développent : toujours plus de logements neufs et de nombreuses réhabilitations de logements anciens.

Ailleurs, les constructions d'habitations se font à un rythme plus lent mais permettent quand même la croissance de la population sur le long terme.

On observe aussi une augmentation des logements vacants. Au-delà de l'aspect triste des façades fermées des logements vacants, se posent deux enjeux : le premier est celui de la dégradation du patrimoine et le second celui de la réduction de la consommation d'espace agricole.
Des actions sont engagées à Saint-Maixent-l'Ecole dans le cadre de la redynamisation du centre-ville. Ailleurs, à Bougon par exemple, la réhabilitation d'un bâtiment communal en logements locatifs est envisagée.

Qu'en est-il des besoins en logement pour le territoire ?

Logements sociaux StMaixentEn matière de logement social, les communes du Haut Val de Sèvre n'ont pas d'obligation chiffrée de part la loi.

Le nombre de logements sociaux est important en nombre (plus de 900 logements) mais il représente un faible pourcentage. Là aussi, il y a un contraste entre 3 communes ayant plus de 10 % des habitations en logements locatifs sociaux et les autres ayant un taux plutôt faible. Cependant, 20 % des logements sont des locations non HLM, ce qui répond aussi à un besoin de se loger.

A noter la difficulté de financer des logements sociaux par manque de crédits spécifiques dans un secteur immobilier non tendu (par rapport aux grandes villes). Par ailleurs, il ne faut pas négliger les problèmes de mobilité en milieu rural pour les familles à revenus modestes qui vont occuper ces logements.

Du logement pour tous et notamment du logement adapté pour les personnes âgées, le programme des résidences Mon Village y a répondu de même que la réalisation de plusieurs maisons de retraite publiques ou privées. Par contre, il existe un besoin non satisfait pour les jeunes travailleurs en l'absence de foyers.

  • Répondre aux besoins en logements de chacun selon ses moyens est un enjeu pour le territoire.

Enfin, des logements sont nécessaires pour palier la diminution de nombre de personnes par logement (phénomène de desserrement lié au départ des enfants à l'âge adulte et à l'augmentation des familles monoparentales). Des besoins en logements existent aussi pour permettre la croissance de la population.

  • Des besoins pour le renouvellement de la population (desserrement et croissance) sont estimés à une fourchette comprise entre 210 et 230 logements par an.