Quelle est la qualité de l'air que nous respirons ? - Communauté de Communes Haut Val de Sèvre

En raison de la présence de particules et fibres ou des substances chimiques, l'air que nous respirons est susceptible d'avoir des conséquences néfastes sur la santé. Sa qualité est reconnue comme un enjeu de santé public.
Dans le cadre de l'élaboration du Plan Climat Air Energie Territorial, l'agence Atmo Nouvelle-Aquitaine, l'observatoire régional de l'air, a été missionnée afin de réaliser un état des lieux de la qualité de l'air du Haut Val de Sèvre. Cette étude permet d'identifier les Communes sensibles et l'origine des polluants (transport routier, secteur industriel, résidentiel ou agricole). Le PLan Climat Air Energie Territorial permettra de réfléchir collectivement aux solutions pour réduire nos impacts sur la qualité de l'air.

Améliorer la qualité de l'air : une nécessité de santé publique

C'est l'exposition tout au long de l'année aux niveaux moyens de pollution qui conduit aux effets les plus importantes sur notre santé et non les pics de pollution.

Cette pollution de fond dite pollution chronique a des conséquences sanitaires importantes. Elle peut contribuer à l'apparition et à l'aggravation de nombreuses affections comme des symptômes allergiques, des maladies pulmonaires comme l'asthme, des maladies cardiovasculaires, de nombreux cancers, en particulier des poumons et de la vessie et le développement déficient des poumons des enfants.

Santé Publique France estime à 48 000 le nombre de décès annuel liés à la pollution par les particules fines, soit 9 % de la mortalité française. 

Des communes sensibles à la dégradation de la qualité de l'air

Le Haut Val de Sèvre n'est pas épargné par la pollution atmosphérique. Certaines Communes sont classées comme étant plus " sensibles à la dégradation de la qualité de l'air ". Neuf Communes rentrent dans cette catégorie du fait de la présence des autoroutes A10 et A83. Il s'agit de La Crèche, François, Nanteuil, Pamproux, Romans, Sainte-Eanne, Sainte-Néomaye, Saint-Martin-de Saint-Maixent et Soudan.
Ces variations de polluants sont liées notamment à la proximité routière ou industrielle.

Carte des communes sensibles à la qualité de l'air

Une étude plus approfondie a été réalisée sur la Commune de La Crèche afin d'analyser les niveaux de pollutions (dioxyde d'azote et particules fines) auxquels sont soumis les riverains de la RD611. Une cabine de mesures à été installée le long de la RD611, devant la mairie pendant 6 semaines à compter du 27 septembre 2017. Les données ont été comparées au site de mesure de la station urbaine « Niort centre » et du site de la station trafic « Niort trafic ». Les résultats de l'étude sont rassurants. Aucun dépassement des seuils d'information/recommandations et d'alerte n'a été observé pour la période d'observation. Les concentrations moyennes de ces polluants sur la RD611 sont inférieures à celles du site trafic de Niort mais supérieures à celles du site de fond urbain de Niort.

Quels sont les polluants atmosphériques ?

Chaque polluant a un profil d'émission différent. Les oxydes d'azote (NOx) proviennent essentiellement du trafic routier. L'ammoniac (NH3) est principalement émis par l'agriculture. Les composés organiques volatils non méthaniques (COVNM) sont émis en majorité par les secteurs résidentiel et tertiaire. Le dioxyde de soufre (SO2) est un polluant fortement lié au secteur industriel. Les particules fines (PM10 et PM2,5), sont multi-sources et sont originaires des secteurs industriel, résidentiel, routier et agricole.

Quelles sont les sources d'émission ?

Les transports routiers

Sur le territoire, le secteur des transports routiers est le principal émetteur de dioxyde d'azote (NOx). Si l'on rapporte les émissions de NOx par habitant, le Haut Val de Sèvre émet plus que le Département ou la Région (22kg/habitant pour le Haut Val de Sèvre contre 12 et 13kg/habitant respectivement pour le Département et la Région). Cette particularité s'explique par la présence des autoroutes A10 et A83 et également de la RD 611 très fréquentée.
Les véhicules légers contribuent à eux seuls à 41% des émissions routières de NOx. Le trafic routier émet également environ 20% des particules fines présentent dans l'air.
Les particules fines sont issues de la combustion des moteurs diesel, de l'usure des pneus, des routes ou encore à l'abrasion des plaquettes de frein.

Le secteur industriel

Les industries présentes sur le territoire participent à la pollution de l'air par l'émission de divers polluants. Le polluant le plus émis est le dioxyde de soufre (SO2). Ces émissions résultent de la combustion de charbon et de bois dans les chaudières industrielles.
L'exploitation des deux carrières (Saivres et Sainte-Eanne) est responsable des émissions de particules fines.
Enfin, la production et l'utilisation de peinture, solvant, colle et vernis dégage des émissions de Composés Organiques Volatils Non Méthaniques.
Les émissions du Haut Val de Sèvre sont comparables voire inférieures pour le SO2 aux émissions du Département et de la Région.

Le secteur résidentiel

L'habitat participe également à la pollution ambiante. Ce secteur émet principalement des Composés Organiques Volatils Non Méthaniques (COVNM), des particules fines et du dioxyde de soufre. Si l'on rapporte cette pollution en kg par habitant, la pollution du Haut Val de Sèvre est équivalente à celles du Département et de la Région. Ces émissions sont liées aux consommations énergétiques et proviennent majoritairement de la combustion du fioul et du bois utilisés pour le chauffage domestique mais aussi de l'utilisation de produits d'entretien, l'application de peinture.

Le secteur agricole

Le secteur agricole émet principalement de l'ammoniac. Il est en effet responsable de 97% des émissions de ce gaz. Les émissions sont faibles par rapport au département mais supérieures au émissions de la Région. L'ammoniac provient essentiellement de l'épandage d'engrais minéraux sur les cultures : le sol transforme en ammoniac, l'azote apporté par les engrais. L'autre part des émissions provient des déjections animales. Les cultures (labours, semis et moissons) émettent également des particules plus ou moins fines.

Et si nous agissions ensemble ?

Nous vous invitons à réfléchir ensemble aux solutions qui peuvent être apportées afin de réduire nos impacts sur la qualité de l'air et ainsi lutter contre la pollution atmosphérique de fond.

Les ateliers de concertation organisés en Mars et Avril 2018 seront l'occasion d'en discuter. 

En savoir plus